Les publics d’apprenants

5. Les publics d’apprenants

5.1. Tel que présenté ci-dessus, le processus de conception UbD vise à amener tous les apprenants, quels qu’ils soient, à atteindre les acquis visés par l’apprentissage assignés à un dispositif de formation. Il est clair que chaque apprenant est différent de son voisin, même s’ils sortent tous deux d’une même filière, entre autres parce qu’ils n’auront pas nécessairement atteint tous les acquis d’apprentissage visés par les unités précédentes au même niveau de performance.

5.2. Soulignons l’importance des prérequis imposés. Prérequis, parce qu’il s’agit des exigences minimales à l’entrée du dispositif de formation en question ; imposés, parce que basés sur un consensus des enseignants du programme pour exiger ce niveau à l’entrée de ce dispositif particulier. Nombre d’enseignants attendent, par exemple, que les élèves entrant en première année du bachelier en biologie soient capables d’utiliser la règle de trois. Il s’agit d’un prérequis.

Les préacquis, eux, décrivent les connaissances, les compétences, les aptitudes, les attitudes réellement et effectivement acquises par chacun des apprenants avant d’aborder le dispositif de formation en question. Dans l’exemple de la règle de trois, l’expérience montre que tous les élèves entrant en première année de bachelier en biologie ne sont pas capables d’utiliser la règle de trois : ils n’ont pas acquis cette compétence de façon durable dans leurs études précédentes. Pour chaque apprenant, il faut donc nécessairement

cahier 2 image 11

Cette condition est nécessaire pour assurer la cohérence des parcours individuels des apprenants ; elle est d’autant plus difficile à garantir que le public à l’entrée est hétérogène.

Si la condition n’est pas remplie pour certaines catégories d’apprenants, il faudra soit se résoudre à alléger les prérequis imposables (ce qui pourrait avoir des conséquences sur les acquis d’apprentissage susceptibles d’être atteints), soit prévoir des activités d’apprentissage supplémentaires pour les apprenants en question.

5.3. Même lorsque tous les apprenants entrants possèdent les prérequis imposables, cela ne signifie pas pour autant que le public soit homogène. Dans le cahier consacré aux « activités d’apprentissage » et dans le cahier consacré aux « (pré-) conceptions », nous verrons qu’un public d’apprenants est toujours hétérogène (à cause des idées préconçues s’écartant du savoir scientifique) et que la conception d’un dispositif de formation doit en tenir compte, en particulier dans le choix des activités d’apprentissage.

5.4. Le cahier « Apprentissage et apprentissage actif » présente notre vision de comment on « apprend », ainsi que la théorie de l’apprentissage socioconstructiviste contextualisé qui décrit, selon nous, les conditions dans lesquelles l’apprentissage s’effectue d’une manière efficace. Le cahier « Le sens et la motivation » traite des facteurs et des conditions nécessaires pour favoriser l’apprentissage.

Dernière modification
21/11/2018